Eugénie Brazier, la Mère Brazier, Mères lyonnaises, femmes en cuisine, Col de la luère, Lyon, histoire de la cuisine française, Stars over Lyon, Kevin Whelan, Freerun productions, documentaire culinaire, Paul Bocuse, Bernard Pacaud, l’Ambroisie, gastronomie, étoiles michelin, restaurant étoilé, Mathieu Viannay, Fernand Point

Conseil culinaire pour un documentaire

Travail préparatoire pour le tournage en France
Kevin Kjetil Whelan est un auteur et producteur norvégo-américain amoureux de la France. Initié par son père à la cuisine française, il suit une formation qui finalement restera une passion en parallèle de son activité. Il multiplie les collaborations avec les chaînes National geographic, PBS, Discovery sur différents sujets.

Le projet « Stars over Lyon » nait dans l’esprit de Kevin Whelan en 1998, lorsque le New York Times titre au sujet d’Alain Ducasse « A first for Michelin Guide : One chef six stars ». Une erreur corrigée cinq jours plus tard au profit d’Eugénie Brazier, plus connue sous le nom de la « Mère Brazier ». Le producteur s’intéresse alors à cette femme au caractère bien trempé, qui a formé un dénommé Paul Bocuse.

L’idée de produire un documentaire dédié à Eugénie Brazier se précise, pour lui donner la place qu’elle mérite dans l’histoire de la cuisine Française. En vue du tournage, Léa Ben Zimra contacte les différents protagonistes, à commencer par sa petite-fille Jacotte Brazier. Qui était Eugénie Brazier ? Tenait-elle à ses étoiles Michelin ? Pourquoi est-elle méconnue du grand public à l’heure où la cuisine inonde nos écrans ?

Organisation des rencontres à Lyon et à Paris en compagnie de Kevin Whelan pour :

- collecter des informations auprès d’anciens employés, élus de sa ville natale, historiens, journalistes au sujet des Mères lyonnaises et des femmes en cuisine.

- présenter le projet aux chef(fe)s liés à la mémoire d’Eugénie Brazier pour leur proposer de réinterpréter ses recettes emblématiques comme la « Poularde demi-deuil », la fameuse « Quenelle lyonnaise ».

Un grand merci à Jacotte Brazier qui cultive la mémoire de sa grand-mère avec Les amis d'Eugénie Brazier et merci à tous pour votre temps. En attendant la reprise de ce projet destiné à la chaine nationale américaine PBS, vous pouvez toujours aller à la La Mère Brazier dont le chef est désormais Mathieu Viannay**. De passage dans la région, sillonnez la nationale 7, route bien connue des gastronomes qui s’arrêtaient à Vienne chez Fernand Point et à Valence chez André Pic***. La Pyramide ** est aujourd’hui dirigée par Patrick Henriroux et La Maison Pic *** par Anne-Sophie Pic. Les Parisiens, pousseront la porte de L’Ambroisie *** où Bernard Pacaud cultive les enseignements de « La Mère ».
02 juin 2020
Voulez-vous ?

Voir aussi...